Friedrich-Ebert-Stiftung Abidjan

08 B.P 312 Abidjan 08
Tél.: 00225 22 43 88 99
Fax: 00225 22 43 87 54
info@fes-cotedivoire.org
www.fes-cotedivoire.org


Friedrich-Ebert-Stiftung (Siège)

FES Berlin
Berliner Haus
Hiroshimastraße 17
D-10785 Berlin
Phone: +49 (0) 30 / 26935-0

FES Bonn
Bonner Haus
Godesberger Allee 149
D-53175 Bonn
Phone: +49 (0) 228 / 883-0
www.fes.de


Friedrich-Ebert-Stiftung News

Sur invitation :
 
19 mai 2018: Session GenAV Abidjan, "Travailler avec les médias: Pourquoi, quand, comment?" CIDD/FES, FES Siège.
23 mai 2018: Plateforme pour la protection sociale (PPS), Syndicats, CNPS, CNAM, Gvt / FES, Abidjan.
24-26 mai 2018: Séminaire GenAV Abidjan, CIDD/FES, Jacqueville.
29 mai 2018: Brown-Bag-Lunch, ''Migration irrégulière à partir de la CI : quelles solutions pour endiguer le phénomène ?'', PNUD/S-CNS/CERAP/FES/PNUD Plateau.
 
 
 

Actualités du Bureau Abidjan

La Communication, base de la Paix

Réconciliation Nationale

Apr 28 2018, 4:30 PM

 
 
LA COMMUNICATION, BASE DE LA PAIX

« Bouaké, la rebelle », c’est le titre que Jeune Afrique donne à la deuxième ville de la Côte d’Ivoire. Bouaké est peut-être la ville qui a le plus souffert pendant les années de crise et les conséquences sont remarquables jusqu’aujourd’hui. Les mutineries de l’année dernière qui avaient leur centre à Bouaké ont montré qu’il n’y a pas une relation saine entre population et militaire. Les habitants ont peur, parce qu’ils ne savent jamais quand les militaires peuvent se retourner encore une fois contre eux, explique une participante du dialogue civilo-militaire.
Mais comme la sécurité est une base nécessaire de la démocratie et la Côte d’Ivoire face à de nouvelles menaces comme le terrorisme, il est très important de rétablir la confiance entre populations civiles et militaires. C’est pourquoi la FES, en collaboration avec le PNUD COTE D'IVOIRE et la Fondation Serenti, a organisé une activité dénommée « dialogue civilo-militaire » afin de rétablir la communication rompue. La mobilisation énorme de plus que 180 participants a montré qu’il y a une grande demande de débat et de communication à Bouaké.
Les débats ont montré qu’il y a encore une méfiance sérieuse entre les habitants de Bouaké et les militaires. Ils souhaitent, tous deux, une communication plus ouverte et égale, qui fasse partie de la vie quotidienne. Aussi, il faut plus utiliser et soutenir les mécanismes déjà en place, comme les comités civilo-militaires. Il est par ailleurs nécessaire que la population ait le sentiment que les militaires prennent leurs soucis au sérieux et s’occupent d’elle. Mais en contrepartie, la population doit aussi montrer du respect envers l’armée et pas toujours mettre tous les militaires sur le banc des accusés.
Communiquer, c’est le début de la réconciliation et de la confiance. A Bouaké, les deux côtés ont montré qu’ils sont disposés pour un dialogue ouvert et franc.
 
  
 
  
 
  
 
  

Dernière modification: May 08 2018 à 4:55 PM

Retour

Vous etes ici: » Accueil